La cigarette est-elle un remède face au Covid-19 ou un facteur aggravant ?

L'épidémie de coronavirus bat son plein en France, mais une question se pose envers les conclusions d'une récente étude. Le faible nombre de fumeurs parmi les patients touchés par le covid-19 interpelle les médecins, L'influence de la nicotine sur le virus reste à étudier, les spécialistes mettent en garde : Pour l'instant nous ne savons pas !

La proportion de patients fumeurs hospitalisés dans le cadre de l'épidémie est faible en comparaison du nombre de fumeurs recensés dans la population mondiale. Des données conséquentes le mettent en évidence, aussi bien en France qu'aux États-Unis ou en Chine. Une série d'études sont actuellement menées afin d'étudier un potentiel ralentissement de la pénétration du virus à travers le corps grâce à la nicotine.

L'effet protecteur suspecté de la nicotine ne fait en aucun cas du tabac un traitement préventif, il a toutefois de quoi interpeller les scientifiques et médecins sur le tabagisme face au coronavirus. Plusieurs pistes sont évoquées pour tenter d'expliquer la faible proportions de fumeurs parmi les personnes hospitalisées, notamment le fait que les patients pris en charge soient en majorité âgés.

Les patients fumeurs placés en réanimation ne peuvent plus fumer, et selon les statistiques des différents hôpitaux 50% d'entre elles décèdent.


| Dernière mise à jour