Les fake news sur la sécurité française

Alors même que la manifestation commence depuis quelques dizaines de minutes, et que le parcours est barricadé, un restaurant est particulièrement protégé. Il s'agit de la Rotonde, restaurant où Emmanuel Macron a fêté sa victoire en 2017.


La manifestation de samedi dernier c'est déroulé dans un calme approximatif, certain gilets jaunes plus printanier que d'autres auraient lancés des bouquets de fleurs sur les CRS.


C'est autour d'un « comité stratégique » que les ministres de l'éducation, Jean-Michel Blanquer, de l'intérieur, Christophe Castaner, et de la justice, Nicole Belloubet, se sont réunis afin de mettre en œuvre un plan de lutte contre les violences à l'école, demandé par Emmanuel Macron, suite à la vidéo de l'élève braquant sa professeure. A l'issue de la réunion, Christophe Castaner a déclaré devant la presse qu'il y aurait des brigades de GIGN et CRS dans chaque école et lycée.


Selon une note confidentielle procurée par E-Metropolitain, les réservistes de la Gendarmerie nationale qui suppléent les unités dans les groupements départementaux du territoire pour certaines missions préventives de sécurité, ne seront pas payés avant l'année prochaine, sans doute au premier trimestre 2019.


Les codes nucléaire étaient inviolables et pour cause ils ont été mis au point par des chercheurs en cryptologie. Cependant il ressort de l'enquête qu'Alexandre avait bien accès aux codes nucléaires et à toutes les notes de service classées secret défense. Une source proche de l'enquête nous révèle le code donné par Alexandre : M@nu-b°°m


Saisi en 2016 par deux Françaises de confession musulmane condamnées à une amende pour le port en public d'un voile intégral, le Comité des droits de l'homme des Nations Unies a rendu sa décision ce mardi.


Fake news les plus populaires